AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 when i'm not responsible of myself ( Maëlya )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Métier : Directeur communication d'une entreprise de surf
Statut : Divorcé
Messages : 110
Points : 71
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Lun 30 Juin - 22:34



when i'm not responsible of myself


Il y a des jours où tout va bien, des jours où on ne se pose pas la question en se levant le matin de pourquoi on met un pied devant l'autre au lieu de rester coucher, et puis il y a des jours, comme aujourd'hui, où la première lueur de soleil nous rappelle à quel point on est seul. Et puis comme si le destin s'acharnait, ce genre de réveil annonce généralement une journée sur le même thème : le désespoir. C'est exactement ce que j'ai vécu aujourd'hui. Un réveil difficile, seul, dans mon appartement, sans ma petite Lula qui déambule sur ses petites jambes. Petit déjeuner, seul, sans mon ex femme qui me le prépare avec amour. Journée au boulot, seul, dans mon bureau, à signer des papiers et à transmettre des campagnes de pub dans le monde entier à des gens qui ne connaissent que mon nom. Et encore. S'ils prennent le temps de lire jusqu'en bas du mail, sinon ils s'arrêtent au sponsor et ça leur suffit. Ce sentiment d'être un pion est lourd, incessant et ça ne va pas s'arranger. La pause de midi, tant attendu. Cette fameuse pause. Mais ce sentiment de soulagement ne fut que de courte durée. Je reçois en effet un appel, de Natalia, mon ex femme, qui me rappelle que les vacances scolaires débutent, vacances d'été qui riment pour moi avec pleine saison, et qu'elle a décidé de repartir un mois aux Etats-Unis, emmenant évidemment avec elle ma fille. Il ne manquait que ça. Qu'elle m'enlève ma petite source de bonheur hebdomadaire. En même temps, je ne peux pas lui refuser ça, Lula a besoin de voir le reste de sa famille, de retourner d'où elle vient. Ses grands parents ont envie de la voir grandir. Mais ça me rappelle juste une fois de plus que moi, et mes fichues obligations, ne pouvons pas les suivre. Encore. Toujours.  

Et comment se remonte le moral un homme désespéré ? En premier lieu ? Avec une femme. Quelle femme ? Je ne pense qu'à une seule femme à ce moment précis, une femme qui reste assez distante avec moi, une femme que je ne peux pas vraiment approcher, et surtout une femme qui est assise dans le même bureau que mon meilleur ami. Cette femme se prénomme Bianca, notre nouvelle assistante, totalement craquante. Mais pas à moi. Alors en second lieu, comment se console un homme ? Avec l'alcool. Et oui, vilaine manie, vilain souvenir, vilain réflexe, mais réflexe quand même et direction le Palm Tree pour ne penser à rien d'autres qu'au prochain liquide avec lequel je vais reremplir mon verre. Avec ça au moins, je suis sur de passer une bonne soirée, de bien finir ma journée, ou au moins de ne pas me rendre compte et me rappeler qu'elle a été désastreuse. Un verre, deux verres, trois verres. Une partie de billard avec de parfaits inconnus, un retour au bar. Un tour sur la plage, à quelques de là, retour au bar. Ma tête commence à divaguer franchement, mon porte monnaie se vide assez vite. Mais tant pis " La même chose, s'il te plait ! " Allez savoir combien de fois j'ai dis cette phrase dans la soirée. Absolument aucune idée. En faisant cette nouvelle commande, j'aperçois le regard d'une femme braquée sur moi. Un regard insistant. Un regard perturbant. Un regard qui réveille un mec bourré et qui lui fait dire "  J'vous attire tant que ça ou j'ai un truc entre les deux yeux ? " Tant de gentillesse et de délicatesse envers la gente féminine. Ce n'est pas de moi en plus, mais l'alcool me fait dire un peu tout et n'importe quoi, n'importe quoi que j'oublierai surement aussi vite qu'il m'a fallu de temps pour le dire.

_________________

Soyons différents, ensemble.
She’s just watching the clouds roll by and they spell her name like Lois Lane, and she smiles. Oh the way she smiles. She’s talking to angels, counting the stars, making a wish on a passing car. She’s dancing with strangers, falling apart. Waiting for Superman to pick her up in his arms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Prostituée et étudiante en philosophie
Statut : Célibâtarde.
Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Mer 2 Juil - 15:15



when i'm not responsible of myself


''SING! Ohhhhooohhhhoooo Louder! Ohhhhooohhhhoooo SING! Ohhhhooohhhhoooo'' Deux fois la sonnerie du réveil se fit entendre avant que Maëlya n'émerge de son sommeil réparateur. Encore une fois, elle n'avait pas beaucoup dormi, mais c'était le prix à payer lorsque l'on menait une double vie comme elle. La journée, elle allait à ses cours de psycho même si ça ne lui plaisait pas plus que ça et la nuit, elle retrouvait ses clients. Elle faisait ça dans le but de cacher à Edwin qu'elle continuait encore ses frasques nocturnes. Quand ils avaient quitté l'Autriche, le plus grand de la fratrie Gallagher avait fait promettre à sa soeur de ne pas continuer de se prostituer. Seulement, Maë n'avait pas tenu sa promesse. Elle ne connaissait que ça et elle ne pouvait pas arrêter du jour au lendemain. C'était comme une drogue pour elle. Son envie de ressentir du plaisir par la chair la dévorait petit à petit et si elle ne faisait rien, elle devenait irritable. Son mode de vie n'était pas au goût de son grand frère, mais il ne pouvait rien dire alors qu'il était dealeur. S'étirant de tout son long comme un chat qui sort de sa sieste, Maëlya chassa les vestiges de son sommeil et bailla à s'en décrocher la mâchoire. La vieille avait été plus éprouvante qu'elle ne l'aurait souhaité. Elle avait eu à faire à un type dont le fantasme était d'attacher solidement sa partenaire par les poignets et les chevilles et de la rendre complètement à sa merci. On peut dire que la jeune femme en avait bavé et que son corps en portait encore les stigmates. Ses poignets étaient légèrement rougis par le fer des menottes que ce client avait serré jusqu'à presque lui couper la circulation dans le sang. Quant à ses chevilles, elles étaient meurtries parce qu'il avait utilisé une corde et qu'en bougeant avec le plaisir, l'attache avait mordu dans sa peau. Soupirant face à ce désastre, la jeune femme se traina jusqu'à la salle de bain pour prendre une douche. L'eau chaude coula sur sa peau la rougissant au passage. Elle était bien là, à ne penser à rien d'autre.

Cependant, elle ne resta pas trente ans sous le jet puissant de l'eau et se sécha rapidement avant d'enfiler des sous-vêtements en dentelle rouge. Maëlya se regarda dans le miroir quelques secondes avant de détourner les yeux. Même si elle avait un beau corps, elle ne s'aimait pas et les scarifications sur ses avants-bras en était la preuve. La prostituée secoua la tête pour chasser ses idées et termina de s'habiller avec un top noir et un mini-short en jean. Ainsi vêtu, il n'y avait pas de doute possible à avoir sur ses intentions. Ce soir encore, elle allait ramener de l'argent facile en utilisant son corps. Après avoir enfilé une paire de spartiate, elle quitta son appartement et prit la direction du bar le plus proche. Bien qu'elle aurait pu y aller en bus ou avec sa voiture, la jeune femme préféra le grand air. Elle put ainsi allumer sa cigarette et la fumer sans se soucier de faire s'incruster l'odeur dans sa voiture ou de faire attention à l'interdiction de fumer dans les transports en commun. Maëlya leva les yeux vers le ciel et prit une grande inspiration d'air pur des îles. L'Autriche lui manquait. L'air froid et apaisant lui manquait. Ici, dès qu'elle avait chaud, elle avait beau être en petite tenue, elle ne pouvait rien enlever de plus. Alors que dans ce pays froid, si elle avait ne serait-ce qu'un frisson, elle pouvait se vêtir un peu plus. Et puis, ici, elle avait trop de souvenir. Entre ses parents qui la battaient, Crystal qui était morte et bien entendu son meilleur ami Nolan, elle aurait aimé ne plus jamais remettre les pieds ici. Cependant, sa relation fusionnelle avec ses deux frères l'avait empêché de rester en Autriche toute seule. Elle s'était donc fait une raison et était revenue avec eux. Soupirant, la jeune femme laissa ses pensées sur son passé l'envahir tandis qu'elle apercevait Le Palm Tree. Elle finit sa cigarette avant d'arriver devant la porte du bar.

Maë la jeta sur sa droite avant de rentrer dans l'établissement. Elle alla directement au bar et commanda une margarita. Ce n'était pas forcément son alcool préféré mais c'était nettement plus raffiné pour une femme qu'une simple bière ou une vodka. Maëlya vit alors sa prochaine cible. Un homme blond assez mignon et sûrement seul vu la façon dont il enchainait les verres. Avec un sourire de prédatrice, la prostituée le fixa avec insistance jusqu'à ce qu'il la remarque. À la première phrase qui sortie de la bouche du blond, Maëlya ne put retenir un petit rire. « C'est votre technique de drague ou c'est simplement parce que vous êtes bourré ? » Maë aimait taquiner ses potentiels clients avant de savoir s'ils allaient la payer ou pas. « Vous êtes seul ? Je peux me joindre à vous ? » Première approche faite. Maintenant c'était au tour de ce charmant inconnu de lui faire connaître ses intentions.

_________________
Disons que le futur reste à écrire...

Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c’est terrifiant... Si ce n’est qu’il y un bon coté à cette chute libre, c’est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper ! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Directeur communication d'une entreprise de surf
Statut : Divorcé
Messages : 110
Points : 71
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Mer 2 Juil - 20:14



when i'm not responsible of myself


Assis dans ce bar. Il n'y a vraiment que comme ça que je me sens comme les autres, comme tous ses hommes assis, leur verre à la main, pestant contre le match de basket, et sympathisant avec leur voisin. A ma droite, deux hommes se serrent leur mains collantes de bière et s'enlacent après un panier des joueurs de NBA, je suis persuadé qu'ils ne se connaissaient absolument pas il y a quelques heures mais là ils deviennent les meilleurs amis. C'est assez idiot non ? En fait, là aussi je me sens différent du monde qui m'entoure.  Peut-être parce que je ne suis pas encore assez alcoolisé. Oui ça doit être ça. Aller, encore un verre, pour la peine, pour l'idée, et pour pouvoir moi aussi sauter dans les bras de mon voisin sans que ça paraisse suspect. Fais moi oublier toutes les pensées déprimantes qui perturbent mes neurones. Les verres s'enchainent donc, le taux d'alcool circulant dans mon sang s'aggrandit, mais ma vue reste intacte. Intacte pour pouvoir remarquer la jolie jeune femme à mes cotés qui me fixe avec insistance. Que veut-elle celle là ? A en voir sa tenue, elle ne veut ni jouer aux cartes, ni aux fléchettes si vous voyez ce que je veux dire. Une prostituée ? Pas forcément. Mais au moins une jeune femme qui veut qu'on la remarque dans son short moulant en jean et qui n'attend qu'une chose : qu'un homme lui arrache son petit top. C'est de la pure provocation, provocation vulgaire, impudique, et... et tellement sexy bon sang ! Soyons honnête ! A bas les préjugés, les quand dira-ton et les réputations. A quoi ça me mène tout ça ? Strictement rien. Je ne suis pas plus heureux pour autant. Alors carpe diem et advienne que pourra.

D'autant plus que Mademoiselle a l'air joueuse et répond du tac au tac à ma petite phrase d'approche désastreuse de délicatesse avec de la taquinerie. Tiens, je suis tombé sur une bonne cliente. A moins que ça soit moi le client. " Sérieusement ? Il y a vraiment besoin de techniques de drague quand on a un visage comme celui là ? " demandais je avec arrogance et prétention en montrant mon visage du bout des doigts.  Je  ne suis pas prétentieux en temps normal. Enfin si, mais sur le ton de l'ironie, parce que ça fait rire les femmes. Mais là je suis sérieux. Elle m'a vu non ? Même bourré, je suis sexy. Alors pourquoi j'aurai besoin d'une technique de drague ? Elle ne m'aurait pas résister dans tous les cas. Elle est déjà folle de moi. Pas vrai le whisky ? Avoue qu'elle est folle de moi ! Et voilà qu'elle continue, me demandant si elle peut se joindre à moi. Avec mon verre à la main, et mon air déterré, j'arrive encore à attirer des femmes ? Elles sont vraiment incompréhensibles celles-là, je vous jure ! Je n'y comprends plus rien. A moins que.. Que son mini short et son décolté plongeant, accompagnés de son regard langoureux et de sa main qui se rapproche de moi ne soient pas de simples coincidences. " Comme si on vous avait déjà dit non " Autrement dit, séduisante comme tu es, aucun homme n'aurait le courage de te refuser quelque chose. C'est hormonal, on n'y peut rien." Hé ! " lançais je en interpelant le serveur " Servez ce qu'elle veut à la demoiselle " sur un ton presque dérangeant d'assurance et de supériorité. Si je n'étais pas autant sous l'emprise de l'alcool, je suis sur que je me détesterai de répondre ainsi. Mais mon regard se repose très vite sur la brunette, me faisant totalement oublier mes scrupules. Et puis mon instinct masculin, je ne peux pas m'en débarasser ainsi, surtout après plusieurs mois de total céliba. " Et vous ? Comment ça se fait que vous n'êtes toujours pas accompagnée à cette heure tardive de la soirée ? Vous cachez un mystérieux secret repoussant ou vous attendiez juste de tomber sur moi ? "Ma voix est roque, emportée par les remouds d'alcool, et mon regard se retourne assez vite vers mon verre pour le finir tout en écoutant la jeune femme me répondre. " Au fait, moi c'est Will'. " Et toi ? Jolie brune, comment t'appelles tu ? Quel prénom je vais oublier demain matin ?

_________________

Soyons différents, ensemble.
She’s just watching the clouds roll by and they spell her name like Lois Lane, and she smiles. Oh the way she smiles. She’s talking to angels, counting the stars, making a wish on a passing car. She’s dancing with strangers, falling apart. Waiting for Superman to pick her up in his arms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Prostituée et étudiante en philosophie
Statut : Célibâtarde.
Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Mer 9 Juil - 0:07



when i'm not responsible of myself


Maëlya était une femme sûre d'elle qui n'avait jamais connu de refus et qui n'était pas prête à en avoir. Elle était belle, avait un beau corps et le savait et en jouait, même si elle n'était pas spécialement fière de ses cicatrices sur ses avants-bras. Quand elle approchait un potentiel client ou amant, elle faisait tout pour les cacher et réussissait la plupart du temps si bien qu'il ne les voyait que lorsqu'ils étaient prêts à passer à l'acte. Là, sa cible se trouvait adossé au bar seul et semblait prêt à passer sa soirée à se bourrer tout seul. Elle allait donc le sortir de sa solitude et commença à le fixer intensément jusqu'à ce qu'il remarque sa présence. Lorsque ce fut fait, elle ne se retint pas de rire. On disait bien, femme qui rit à moitié dans son lit. Le superbe blond qu'elle avait choisit pour ce soir était déjà presque sûr qu'elle allait terminé sa nuit avec lui et qu'ils n'allaient pas que se regarder dans le blanc des yeux ou jouer aux cartes. Elle répondit donc à sa petite phrase de drague minable par la première chose qui lui venait à l'esprit. Maë n'était pas le genre de personne à passer par quatre chemins pour obtenir la même chose. Là, ce qu'elle voulait c'était ce bel apollon blond dans son lit et elle n'allait pas jouer la cruche pour l'avoir. Elle resterait elle-même, la bonne vieille Maëlya Gallagher, celle que la plupart des gens déteste. Elle se fichait pas mal d'être détestée ou même haïe par des personnes qu'elle ne connaissait pas. Les seules personnes qui pourrait l'attendre en lui disant qu'elles la détestaient étaient simplement ses frères et Ezra. Là, elle ne supporterait pas qu'ils lui disent qu'ils ne voulait plus la voir, lui parler et qu'elle devait disparaître de leur vie. La réflexion du blond la sortit de ses pensées et Maë ne put s'empêcher de penser qu'il lui ressemblait. Il était vaniteux et prétentieux et savait qu'il était beau autant qu'elle savait qu'elle était belle et désirable. Un nouveau sourire apparut sur ses lèvres. Le jeu allait vraiment en valoir le coup.

« C'est vrai que votre visage est plutôt agréable à regarder mais à vrai dire, oui vous avez besoin de technique de drague dans votre état. » Pour appuyer ses dires, la jeune femme aurait pu ajouter qu'il était bourré mais elle se retint. Il allait déjà très bien comprendre l'état dans lequel il se trouvait. Et puis il n'était pas con et s'en était rendu compte. Maëlya attaqua alors vraiment le boulot et lui demanda si elle pouvait se joindre à lui. Sa remarque la fit rire une nouvelle fois. Bien que bourré, il était perspicace. On ne lui avait jamais dit non... Enfin si une fois mais c'était différent et il s'agissait d'Ezra. La prostituée secoua la tête pour éviter de penser à des sujets désagréables. Elle avait d'autres chats à fouetter. « Vous avez raison, on se refuse rarement à moi. » Le sourire satisfait qui accompagnait ses paroles en était la preuve. Maë prit donc place aux côté de l'homme tandis qu'il hélait le serveur pour lui commander à boire. Elle finit son premier verre avant de recommander une nouvelle margarita. Son client commença alors à lui poser des questions sur le fait qu'elle n'était pas accompagnée. Maëlya n'était pas le genre de fille à se faire accompagnée. Elle n'était pas non plus le genre à avoir des relations longues durées. Celles qui avait durée le plus longtemps étaient celles avec ses clients et elle pouvait également compter celle avec Nolan son meilleur ami. Elle n'était tombée amoureuse qu'une seule fois et il s'agissait d'Ezra le meilleur ami de son grand frère. « Je ne suis jamais accompagnée pour pouvoir approcher n'importe quel homme ou femme qui me plait. » Un sourire mystérieux prit possession de ses lèvres. Les hommes aimaient bien quand les femmes disaient qu'elles aimaient les femmes parce qu'il pouvait s'imaginer dans un plan à trois. Même si elle ne connaissait pas encore cet homme, elle était pratiquement sûr qu'il allait baver rien qu'en l'imaginant avec une femme.

« Si je vous répondais que j'ai un mystérieux secret, me demanderiez-vous ce que c'est ? » Là encore, Maëlya était presque certaine d'accrocher son attention et ce même s'il était bourré. « Enchanté Will, moi c'est Maë. » Quand elle travaillait, elle ne donnait jamais son prénom en entier mais son surnom. Cela évitait qu'on la retrouve même si des fois c'était le cas. Elle aurait très bien pu se trouver un pseudonyme mais elle n'était pas fan de ce genre de pratique. Elle restait elle-même même si ce n'était que son surnom. « Puis-je vous demander la raison de cette beuverie solo ? » Toujours s'intéresser au client avant de lui faire comprendre que vous en voulez à son argent. Maëlya l'avait appris au fil des années de pratique.

_________________
Disons que le futur reste à écrire...

Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c’est terrifiant... Si ce n’est qu’il y un bon coté à cette chute libre, c’est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper ! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Directeur communication d'une entreprise de surf
Statut : Divorcé
Messages : 110
Points : 71
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Jeu 10 Juil - 13:41



when i'm not responsible of myself


C'est la femme qui me tombe littéralement aux pieds qui me suggère d'adopter une technique de drague parce que je suis un peu éméché ? Très moyenne la crédibilité. Elle est là, me fixe avec ses yeux de braise et son décolté plongeant et elle veut me faire croire que j'ai besoin d'une drague particulière ? Je n'y crois absolument pas et je me contente d'hocher la tête, un air moqueur sur le visage, comme pour dire cause toujours. Et puis comme une suite logique à la conversation, on en vient à parler de son physique pour le moins avantageux, histoire qu'il n'y ait pas de problèmes d'égo entre nous. On est tous les deux beaux, jeunes, et terriblement sexy, celà ne fait aucun doute. Et les choses sont dites, point, à la ligne. Il n'y aura donc pas de problèmes au niveau physique. On se plait, on s'attire, elle le sait, je le sais, tout le monde le sait, passons à la suite. Je fais un signe de la main, passant tout son corps en revue et réponds " En même temps, il ne faut pas faire Math Sup pour s'en douter "  Quel homme normalement constitué pourrait lui résister à cette créature maléfique ? C'est le genre de femmes à faire douter un gay vous voyez.

Et puis je lui demande quand même ce qu'elle fait ici seule, dans ce bar, en petite tenue, avec son regard aguicheur. C'est assez simple à comprendre bien sur, mais j'attends quand même sa réponse. Elle m'intrigue, elle me rend curieux, et sa façon de répondre me plait tellement que je veux l'entendre encore et encore. Et ça ne loupe pas. Sans lâcher son air de provocatrice elle me dit qu'elle est seule pour pouvoir approcher n'importe quel homme ou femme qui lui plait. Intéressant tout ça. Elle aurait du amener une copine. " Et c'est moi qui ai eu le gros lot ? Qu'est-ce qui me vaut ce privilège ? " Parce qu'il faut bien dire que des hommes il y en a à la pelle dans ce bar et c'est vers moi qu'elle est venue. J'ai l'air si désespéré que ça ? Ou je lui ai vraiment plu ? Certes si elle me veut dans son lit, elle ne me dira jamais que j'avais juste l'air d'un déterré, d'une proie facile, mais j'entends encore une fois d'être surpris par sa réponse. Elle attise une nouvelle fois ma curiosité avec sa petite phrase lourde de sous entendu, à laquelle je réponds " Evidemment ! Comment ne pas être curieux de savoir quel secret peut cacher une créature telle que vous ? Je vous écoute. "Et je compte bien savoir le fin mot de l'histoire.

Mais elle me demande à mon tour ce que je fais ici, à me bourrer d'alcool inlassablement. Je réponds, sans vraiment réfléchir " Comme vous disiez, c'est plus facile d'être seul pour attirer les jolies demoiselles. Avec un gros barbu à coté, j'aurais été moins séduisant. " Mon ton se fait provocateur aussi, mais froid. Ne voulant pas vraiment expliquer le pourquoi du comment. Je finis mon verre d'une traite en la regardant, avant de reposer le verre assez bruyamment sur le comptoir et en redemande un au serveur. Et puis, allez savoir ce qu'il se passe dans ma tête, les mots sortent " Plus sérieusement ? L'alcool est le meilleur moyen d'oublier la solitude. Je peux me faire n'importe quelle beuverie en solitaire, je n'aurais pas cette impression horrible d'être seul. Vu que le seul autre moyen à ma connaissance d'oublier ça est le sexe, et que justement le sexe n'est pas vraiment divertissant en solitaire, je bois. Ca vous va comme réponse ? "Non mais vous m'expliquez pourquoi je lui dis tout ça ? Pourquoi je lui parle d'alcool et de sexe ? Ce n'est pas moi ça. Du moins, à part ce soir. Mais trop tard c'est dit. Mon regard planté dans le sien, avant de le laisser divaguer sur son corps sans pouvoir le retenir. Oh et puis mince, nous n'avons qu'une vie. " Vous dansez ? " Parce qu'encore une fois à ma connaissance, la danse est le meilleur moyen de se rapprocher physiquement. A moins que Madame me propose autre chose.

_________________

Soyons différents, ensemble.
She’s just watching the clouds roll by and they spell her name like Lois Lane, and she smiles. Oh the way she smiles. She’s talking to angels, counting the stars, making a wish on a passing car. She’s dancing with strangers, falling apart. Waiting for Superman to pick her up in his arms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Prostituée et étudiante en philosophie
Statut : Célibâtarde.
Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Dim 13 Juil - 1:08



when i'm not responsible of myself


C'était vrai. Pas besoin d'avoir fait de grandes écoles pour comprendre que Maëlya était une femme qui essuyait rarement des refus. Elle était plutôt du genre à se refuser à certaines personnes. Mais ce soir, elle avait trouvé la cible idéale. Un beau jeune homme et elle n'allait pas le lâcher. La conversation tourne quelque peu en rond et bien que leur joute verbale plait bien à la jeune femme, elle avait envie de plus que d'une simple discussion. Elle voulait ressentir ses doigts la caresser, sa bouche sur sa peau et ses soupirs quand elle lui ferait du bien. Elle avait envie de sexe et ce n'était pas en restant assis sur leur tabouret devant le comptoir d'un bar qu'ils arriveront à conclure. Les intentions de Maë étaient claires depuis le début, mais est-ce que son futur client avait compris le message ? Apparemment oui puisqu'il semblait clairement intéressé par le fait qu'elle allait voir aussi bien les hommes que les femmes. La pute n'avait pas de préférence sexuelle et aimait tout autant coucher avec une personne dotée d'un pénis qu'avec une personne dotée d'un vagin. « Oui vous avez eu le gros lot. Disons que dans ce bar où la plupart des gens viennent se saouler pour oublier leurs problèmes quotidiens, vous êtes le seul qui m'ait tapé dans l'œil. Le seul qui soit assez bien pour me répondre du tac au tac. Et je ne me suis pas trompée. » Maëlya aurait tout simplement pu dire la vérité mais elle préféra cacher pour le moment le fait qu'elle était simplement là avec lui pour qu'il la paie pour pouvoir passer une nuit avec elle. Il se rendrait compte bien assez tôt qu'elle ne faisait pas ça simplement pour être aimable. Maëlya Gallagher n'était jamais aimable s'il n'y avait pas derrière un quelconque intérêt pour elle. La conversation s'orienta alors sur le fait que la brune était seule et pas accompagnée. Le blond pensait qu'elle avait un secret. S'il seulement il savait ce qu'elle cachait, partirait-il en courant ?

Maë lui aurait bien répondu avec un sourire mystérieux pour faire durer le plaisir mais, elle n'avait pas forcément envie de tourner autour du pot pendant trop longtemps. Elle voulait passer aux choses sérieuses, quitte à faire ça dans les toilettes du bar. A en croire ses pensées, on pourrait bien penser que la prostituée est une nymphomane. En vérité, ce n'était pas complètement faux. Mais là surtout, c'était parce qu'elle avait besoin d'argent pour payer sa came. « Vous savez mon secret n'est pas très glorieux. Je ne suis pas une sorte d'agent secret sous couverture prête à tout pour sauver son pays et le monde... Je laisse ça à James Bond. » Un sourire presque gêné apparut sur ses lèvres avant qu'elle ne continue. « Je suis le genre de femme que l'on paie pour avoir sa compagnie. » Avec ça, s'il ne comprenait pas qu'elle était une pute. Peut être que cela le ferait fuir. Si c'était le cas, elle n'aurait qu'à trouver une autre personne dans le bar. Peut être que s'il la rejetait, elle verrait un autre homme surement moins beau que celui-là, mais nettement plus riche qui la paierait le prix fort. Heureusement pour elle, l'homme ne semblait pas vouloir prendre la fuite et elle continua donc en lui posant une question sur la raison de sa beuverie. Sa remarque la fit ricaner. C'était vrai que s'il avait été accompagné d'un barbu, elle ne l'aurait peut être pas vu si vite. Mais connaissant Maëlya, s'il avait été accompagné d'un homme, elle aurait tout tenté pour l'avoir rien que pour elle. S'il avait été avec une femme, elle aurait lâché l'affaire pour trouver un autre pigeon à plumer. Elle le regarda finir son verre d'une traite et en recommander un nouveau. Elle n'avait pas encore touché au sien et elle put une gorgée tandis qu'il s'épanchait sur les raisons de sa présence ici. Le sexe en solitaire n'était pas vraiment un moyen de sortir de la solitude et donc pour lui c'était mieux de boire. Son raisonnement se tenait.

« Oui votre réponse me convient mais vous savez Will... » Avant que la jeune femme puisse terminer sa phrase, le blond lui proposa d'aller danser. « Avec plaisir. » Un sourire illumina son visage et avant de partir sur la piste de danse, elle but cul sec son verre de margarita. Prenant la main de Will, elle le mena sur la piste et alors qu'une musique lascive se fit entendre, elle se rapprocha le plus possible de son potentiel client et lui lança un regard de braise. Elle avait envie de lui et elle allait lui faire comprendre. Elle colla sa poitrine sur son torse, se doutant qu'il plongerait les yeux dans son décolleté et approcha sa bouche de son oreille pour lui murmurer. « Vous savez, pour le sexe, je suis sûre que je peux faire quelque chose pour vous Will. » Maëlya commença à se déhancher sur la musique et cala les mouvements de son bassin sur le rythme de la musique. Toute personne extérieure à la scène verrait en eux un couple qui danse alors que Maë reproduisait les mouvements érotiques d'un bassin pendant l'acte sexuel.

_________________
Disons que le futur reste à écrire...

Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c’est terrifiant... Si ce n’est qu’il y un bon coté à cette chute libre, c’est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper ! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Directeur communication d'une entreprise de surf
Statut : Divorcé
Messages : 110
Points : 71
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   Jeu 17 Juil - 16:49



when i'm not responsible of myself


En pus d'être carrément sexy, la jeune femme semble intelligente et comprend très vite que c'est avec quelques flateries qu'elle va obtenir ce qu'elle veut de moi. Je n'y peux rien, la fierté masculine on l'a tous dans le sang, même si certains se plaisent à le nier. Quoi de plus agréable que d'entendre qu'une femme aussi jolie que Mae a flashé uniquement sur vous pour passer le reste de sa soirée ? Rien. Du moins pas ce soir, et pas dans mon état. Désespéré, mon verre à la main, je n'attendais que ça. Je lui lâche un large sourire suite à cette aimable réponse avant de lui demander quel est son secret. Elle me fait mijoter quelques instants avant de m'avouer qu'elle n'est pas une James Bond girl,mais juste une femme que l'on paye pour avoir ses services. Hm, ok, message reçu mademoiselle. Encore un réflexe masculin, je ne peux pas m'empêcher de baisser les yeux vers le corps de la jeune femme, comme s'il avait changé depuis que je sais son métier. En fait il a changé. Je la vois encore plus comme une femme séduisante, attirante, si vous voyez où je veux en venir. Mes quelques scrupules de gentil garçon s'envole et je lui réponds " Autant vous dire que je préfère largement passer ma nuit avec une femme qui n'a pas de revolver caché sous sa robe " Je reprends mon air joueur, malicieux, pour lui faire comprendre que j'ai totalement l'intention de passer ma nuit en bonne compagnie et qu'importe que je doive la payer pour ça. Je ne suis vraiment plus à ce détail près ce soir.

Et puis, je ne comprends pas trop ce qu'il me prend, mais je me mets à déballer ma vie devant les yeux fixes de la jeune femme. Ma solitude, mon manque, ma noyade dans l'alcool. Non mais vous m'expliquez pourquoi je lui dis tout ça ? Elle vient de m'avouer qu'elle est une prostituée, alors qu'est-ce qu'elle en a bien à faire de mes histoires ? Tu es vraiment désespérant Willy.. Je me reprends donc assez vite, de lui laissant pas le temps de me dire ce qu'elle pense de mon histoire déprimante et l'entraine avec moi sur la piste de danse. Etant donné qu'une fille qui sait bien danser est généralement assez doué au lit, je me doute que ça marche aussi dans l'autre sens, et vu que je m'apprete à danser avec une prostituée.. Enfin vous voyez, je ne devrais pas m'ennuyer. Et effectivement, je ne m'ennuie pas. Entre son corps de rêve qui se trémousse devant moi, son décolté plongeant collé à mon torse, s'offrant littéralement à mes yeux et ses paroles plus que suggestives, je ne peux pas résister. Encore une fois, je ne suis qu'un homme qui a pour batterie ultime la testostérone. Mes mains glissent inévitablement dans son dos, sur ses fesses, alors que son corps se rapproche tant et plus du mien, je lui murmure " Je suis curieux de voir ça.. Un petit aperçu ? " Je lui demande, l'air joueur, en appuyant sur ma main pour resserrer encore plus son bassin avec le mien . Elle comprend que j'ai envie non ? Mais oui elle comprend, ça ne peut pas être plus clair. Ah si, ça peut. Après quelques minutes de danses plutot collé-serré et de rapprochements indéniables entre nos deux corps, j'attrape sa main et lui lance " On sera surement mieux dans un coin un peu plus isolé, vous ne croyez pas ? "

_________________

Soyons différents, ensemble.
She’s just watching the clouds roll by and they spell her name like Lois Lane, and she smiles. Oh the way she smiles. She’s talking to angels, counting the stars, making a wish on a passing car. She’s dancing with strangers, falling apart. Waiting for Superman to pick her up in his arms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: when i'm not responsible of myself ( Maëlya )   

Revenir en haut Aller en bas
 

when i'm not responsible of myself ( Maëlya )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SOFT] RESPONSIBLE DRIVING : Sécurité routière [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RAROTONGA :: Quartier Tangaroa :: Palm Tree Cocktail-