AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MAELYA ☇ Tu ne pourras plus faire marche arrière une fois que tu auras commencé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Métier : Prostituée et étudiante en philosophie
Statut : Célibâtarde.
Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: MAELYA ☇ Tu ne pourras plus faire marche arrière une fois que tu auras commencé.   Lun 30 Juin - 13:34


Maëlya Cara Gallagher
"Vous savez, je commence à bien aimer ce genre de ménage à trois, j’en deviens accro. Ne gâchez pas tout !"

A moi les îles Cook ! Je me présente, je m'appelle Maëlya Cara Gallagher ! Je suis né(e) le 12 Juillet 1990 à Rarotonga, îles Cook. Je suis aujourd'hui âgé(e) de 24 ans, classe non ? Dans la vie de tous les jours je suis prostituée et étudiante en philosophie. Un petit secret pour la route ; je suis bisexuelle et présentement célibâtarde. On me dit souvent que je ressemble à Phoebe Tonkin, en plus sexy. Et pour finir, je fais partie du groupe Free as bird, et j'en suis fier(e).

Que penses-tu de l'avancée technologique sur les îles ? : Maëlya se moque totalement de la nature et de la faune de l'île. Ce qu'elle souhaite c'est être libre de faire ce qu'elle veut sans se soucier de son environnement. En fait, déjà qu'elle ne se soucie pas des gens, elle ne va pas se soucier de la nature. Et puis, les avancées technologiques lui permettent de faire son métier plus facilement.


Mes petites manies
♦️ Maëlya est quelqu'un de très spécial. Il n'est donc pas facile de vivre avec elle. La journée, elle prend des cours de psychologies et le soir, ou après les cours, elle se rend chez des clients pour coucher avec eux. Elle est donc totalement décalée par rapport à un rythme normal. Elle a d'ailleurs besoin de très peu d'heures de sommeil. 5 à 6 heures par jour lui conviennent. ♦️ Maëlya boit, fume et se drogue plus que de raison. Elle est partisane de l'auto-destruction et jusqu'à maintenant, personne n'a réussi à l'en faire sortir, même pas Edwin avec qui elle a une relation fusionnelle et possessive. Elle se scarifie encore de temps en temps quand le manque se ressent. ♦️ Maë déteste le sport, et le seul qu'elle fait est celui en chambre. Sport dans lequel, elle excelle. ♦️ Elle adore sortir avec des amis et faire les boutiques. Ces boutiques préférées, celles des sous-vêtements parce que c'est en grande partie ce qui lui fait gagner de l'argent. ♦️ Même si elle a un métier peu recommandable, elle fait tout pour que personne ne l'apprenne.
Mon caractère unique
Décrire le caractère de la seule fille Gallagher est très ardu parce qu'elle est totalement détruite moralement et physiquement. Elle est partisane de l'auto-destruction et ses avant-bras et poignets sont striés de cicatrice qu'elle s'est elle-même fait. Ce n'était pas tout le temps des tentatives de suicides, mais pour elle, se faire mal lui permet d'évacuer son stress et ses idées noires. Maë est très franche et directe et se moque complètement de ce que les gens peuvent dire sur elle ou ce qu'ils pensent d'elle. Malgré les idées noires qui font parties de sa vie, elle s'est forgée une carapace presque indestructible. Les seules fois où elle est elle-même c'est avec Edwin. Elle est froide, voir même glaciale avec les gens. Elle a peur de s'attacher, parce qu'elle a peur qu'on la laisse tomber. Sinon, avec les personnes qu'elle apprécie, elle peut être douce et aimante voir même généreuse mais c'est très rare...



derrière l'écran
Pseudo/Prénom : Lalou/Marion . ★ Âge : 20 ans . ★ Fille ou Garçon ? : Fille . ★ Scénario ou PI ? : Personnage inventé . ★ Double compte ou pas encore ? : Nausicäa et Kai . ★ Présence sur le forum : Tous les jours . ★ Ou as-tu déniché le forum ? : Culotte et slip des admins . ★ Un petit avis dessus ? : Trop beau . ★ Souhaites tu être parrainé? : Nope . ★ Un dernier mot pour la route ? : .


fiche by snow sparrow.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.


_________________
Disons que le futur reste à écrire...

Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c’est terrifiant... Si ce n’est qu’il y un bon coté à cette chute libre, c’est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper ! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Prostituée et étudiante en philosophie
Statut : Célibâtarde.
Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: Re: MAELYA ☇ Tu ne pourras plus faire marche arrière une fois que tu auras commencé.   Lun 30 Juin - 13:34


Welcome to my life

"On ne réfléchit à sa vie que quand on fait des erreurs."


on ne change pas le passé

« Maëlya arête de jouer dans la boue avec ta robe. » La petite fille de trois ans leva les yeux vers sa mère qui la réprimandait pour au moins la quinzième fois de l’après-midi. Elle était encore jeune et ne comprenait pas très bien pourquoi elle ne pouvait pas se salir comme les autres petits autour d’elle. Elle ne savait pas que sa famille avait une certaine apparence à donner et ce depuis le plus jeune âge. « C’est bon, je m’en occupe. » Le ton d'Edwin, son grand frère, était déjà dur à l’époque mais elle ne s’en souciait pas. elle était encore trop petite pour comprendre le monde qui l’entourait. « Ed pourquoi j’ai pas le droit de jouer ? » Edwin lui fit un sourire triste avant de se baisser à sa hauteur. « C’est comme ça Maë. Dans la famille, tu ne fais jamais ce que tu veux. Tu apprendras ça plus tard moustique. » « Hey ! Je suis pas un moustique. Toi t’es un babouin alors. » Très élégamment, elle lui tira la langue et se mit à courir pour éviter qu’il ne l’attrape. Elle était assez joueuse et elle aimait bien quand son frère se mettait à la courser après qu’elle ait fait ou dit une bêtise parce qu’il arrivait toujours à l’attraper et alors là, il la prenait dans ses bras avant de la chatouiller et de lui faire des bisous. « Je vais t’attraper moustique. » dit-il avec une grosse voix comme lorsqu’il lui lisait des histoires avant d’aller au lit. La petite fille se mit à rire et essaya de courir le plus vite qu’elle put. Seulement, comme à chaque fois, elle perdue et elle sentit les bras de son frère autour de son petit corps tandis qu’il commençait sa torture. Les éclats de rire de la brune emplirent la prairie alors qu’elle se débattait pour arrêter le supplice. « Arrête Ed ! » souffla-t-elle entre deux glapissements. Le jeune garçon s’arrêta enfin et l’embrassa sur le front. Elle passa alors ses délicates petites mains derrière son cou et planta son regard vert dans celui bleus de son frère. « Un jour, je serai ta femme et on aura pleins d’enfants. » Edwin se mit à rire mais il était content que sa petite sœur pense de cette façon. « On verra ça plus tard Maë. Pour le moment on va revenir vers Jafar et Ursulla pour pas qu’ils nous engueulent de trop. » La brunette hocha la tête et suivit son grand frère, son héro en lui tenant la main.

La jeune fille pleurait dans sa chambre recroquevillée dans le coin de son lit, le dos contre le mur. Ses genoux étaient remontés sous son menton et elle avait enfouit son visage dans le creux que formait ses genoux et son torse. Encore une fois, elle avait été violenté parce qu’elle avait s’en faire exprès renverser une tasse de chocolat sur le tapis blanc de la salle à manger. Encore une fois, elle avait essayé de s’enfuir avant d’être attrapée sur le fait mais Ursula avait comme un sixième sens et arrivait toujours au mauvais moment. Une gifle, puis une deuxième, puis une troisième avaient chauffé ses joues et maintenant, elle était dans sa chambre en train de pleurer. Elle avait d’abord voulu aller dans la chambre de son frère pour être réconforté mais elle s’était rappelé qu’il n’était pas chez eux. Il était sorti elle ne savait où. Maëlya aurait bien aimé plonger dans les bras réconfortant de ce grand frère qui aurait vite séché ses larmes. Elle entendit alors la porte de sa chambre s’ouvrir et elle essaya de se fondre encore plus dans le mur au cas où sa mère vienne encore la disputer. « Maë qu’est-ce qui se passe ? » En entendant la voix rassurante de Edwin, elle releva la tête et ses larmes se mirent à couler de plus belle. Il vit alors ses joues rouges et comprit de suite ce qui s’était passé. Le jeune homme se dirigea vers sa sœur et la prit dans ses bras. « Désolé moustique, j’étais parti. J’aurais dû être là. » Peu élégamment, Maëlya renifla bruyamment et se colla le plus qu’elle put contre son frère. « J’ai renversé sans faire exprès mon chocolat chaud et Maman elle a dit que j’avais fait exprès. Elle m’a donné trois gifles tout en me traitant de bonne à rien, d’empotée. » Elle s’arrêta quelques secondes pour plonger dans le regard bleus de son frère. « Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je suis sûre que c’était méchant. Hein Ed ? » A cinq ans, la petite ne comprenait pas le vocabulaire des grands et ce même si elle essayait du mieux qu’elle pouvait, tout ça pour que Ed ne la prenne plus pour une enfant. Mais elle savait au plus profond d’elle-même qu’elle resterait toujours la petite sœur de Edwin et qu’elle aurait toujours besoin d’être près de lui ou avec lui. « Oui ce sont des mots méchants et elle a tort. Tu es la petite sœur rêvée que tous les grands frères du monde aimeraient avoir. » Un grand sourire apparut sur le visage de Maëlya qui claqua un bisous sur sa joue. « Je t’aime Ed. T’es le meilleur des grands frères. » Ils s’enlacèrent pendant de nombreuses minutes avant que les parents les appellent pour manger. Ce fut en se tenant la main qu’ils arrivèrent à table comme s’ils montraient à Jafar et Ursulla qu’ils allaient se liguer contre eux…

« Chez les Gallagher on a toujours eu des familles nombreuses ! » Voilà la phrase qui marqua l’arrivée du troisième enfant des Gallagher. Comme si ça ne suffisait pas deux enfants à maltraité et mal aimé, il leur fallait un troisième bouc émissaire. Un plus docile, qu’ils pourraient plus facilement modeler à leur image vu que Maëlya et Edwin se rebellaient. Ethan, voilà comment ils l’avaient appelé… Pauvre petit être qui allait connaitre une vie plus que dure et cela commençait dès maintenant alors qu’il n’était pas plus âgé d’un ou deux ans. Tout ça parce que son grand frère et sa grande sœur n’étaient pas des modèles d’obéissance. Plus Maë grandissait et plus elle faisait le contraire de ce qu’on lui demandait quitte à être réprimander. Elle s’en moquait parce que son babouin préféré était avec elle et la soutenait. Mais il arrivait que de temps en temps, il ne soit pas là et quand c’était le cas, elle évitait au maximum de se rebeller parce que ses parents n’y allaient pas de main morte. Elle se souviendrait toujours de son premier mois à l’école. Elle n’était pas une fille facile loin de là et surtout, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds. Alors quand une de ses camarades l’avait énervé et l’avait frappé, elle avait riposté. Seulement, qui était-ce qu’on avait attrapé en train de frapper ? Et oui Maëlya. Les parents furent convoqués et Maë fut humiliée. « Qu'ai-je fait au Bon Dieu pour avoir eu une fille comme toi ? Tu veux bien m'le dire Maelya ? » Elle gardait la tête baissée parce que lorsqu’elle se faisait engueulée, elle n’en menait pas large et si en plus Ursula en rajoutait, c’était pire. « T'es la honte de la famille Maëlya Cara Gallagher ! Tu ne mérites pas de porter le nom de ton cher père ! » Et le coup parti avant qu’elle ne put le prévoir. Sa joue rougit sous le coup de la gifle et elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle détestait se faire frapper et encore plus quand il y avait des témoins. Heureusement son frère, son héro s’interposa. « NE LA TOUCHE PAS SORCIÈRE ! » Une once de fierté et d’admiration s’alluma dans les yeux de la gamine et elle ne put s’empêcher de sourire. Edwin se mettait en danger pour elle. Il était tellement beau et autoritaire quand il était comme ça. « C'est pas un cadeau de vous avoir comme parents ! J'ai honte d'être un Gallagher moi ! Honte d'être le fils de deux monstres ! » Seulement, son air admiratif et son sourire disparurent sous un cri de détresse quand la paluche de leur père s’abattit sur Edwin. Encore une fois, les larmes lui montèrent aux yeux. Il avait voulu les sauver, Ethan et elle et il se récoltait les frais. Elle laissa déverser sa tristesse une fois arrivée chez eux alors qu’elle se blottissait dans les bras de son frère dans sa chambre.

Cher journal,
Je ne sais même pas pourquoi je me sers de ce stupide carnet qu’Ed m’a donné. Il m’a dit que c’était pour écrire tous mes secrets. Mais j’ai neuf ans, je n’ai pas besoin de tout ça. J’ai des amis qui sont très sympas avec moi. Mais je ne peux pas leur dire ce qui se passe chez moi. Ils seraient trop effrayés et me laisseraient tombés. Je ne sais pas si je pourrai marcher dans les couloirs et supporter les chuchotements sur mon passage. Alors finalement, c’est peut-être pas une mauvaise idée ce journal. Donc je suis censée dire tous mes secrets ! D’accord. Y a deux mois j’ai embrassé une copine et c’était pas si dégueulasse que ça. J’ai fait comme si ça m’avait dégouté mais c’est pas le cas. J’ose pas en parler avec Edwin. Tu crois qu’il ne m’aimera plus si je lui dis que j’ai aimé embrassé Elize ? J’ai aussi cassé le vase préféré de Ursula. Ça c’est pas très grave. J’ai failli dire que c’était la faute de Ethan, mais il a que trois ans. Je veux pas qu’il se fasse gronder alors j’ai rien dit et j’ai été réprimandé. Edwin m’a dit qu’un jour on partirait de la maison. J’ai hâte. J’arrivais pas à faire semblant d’être contente d’être avec eux. Pour eux, je ne suis jamais assez bien. Il y a bien longtemps que j’ai arrêté de leur plaire mais ça fait toujours mal quand ils me rabaissent. Heureusement, mon héros est là. Sans Ed je ne sais pas ce que je ferai. D’ailleurs, je suis tout le temps en train d’en parler de lui et mes copines pensent que je suis amoureuse de lui. Tu crois que c’est possible de tomber amoureuse de son frère ? J’espère que non parce que ce serait trop bizarre pour la famille parfaite que nous sommes. Je vais pas passer mon temps à écrire parce que ça m’énerve déjà. Je veux aller jouer dans le quartier même si Ursulla ne sera pas d’accord. Je m’en moque je le ferai quand même. Ed m’a dit de te cacher… Peut-être que sous la latte qui s’en va sous le lit ça ira bien. J’espère qu’on te trouvera pas.

« Putain tu fais chier Ethan ! Arrête de venir m’emmerder dans ma chambre. Va emmerder les parents. » Maëlya ne supportait pas ce petit frère que la nature lui avait donné. Elle aurait cent fois préféré être la dernière et ne pas avoir à supporter ce morveux. Elle aurait aussi aimé qu’il ne naisse pas parce qu’il allait devenir le parfait petit Black-Stones celui dont les parents rêvaient depuis des années et qu’ils n’avaient pas eu puisque leurs ainés étaient des rebelles. « Mais Maë je veux jouer avec toi ! Ed il est pas là et t’as promis de jouer avec moi. » La gamine leva les yeux au ciel et fusilla son petit frère après du regard. Qu’est-ce qu’il pouvait être casse pied quand il s’y mettait. Maëlya n’avait pas souvenir d’avoir été comme ça lorsqu’elle était plus jeune. Peut-être qu’elle n’arrivait pas à apprécier son frère parce qu’il était le préféré des parents et qu’elle rêvait secrètement d’être dans leurs petits papiers même si elle savait que c’était impossible. « Tu peux pas jouer tout seul dans ta chambre. Elle est remplie de jouets alors ça devrait pas être compliqué ! » La bouche de Ethan s’ouvrit alors et ses yeux se remplirent de larmes. Maë su à ce moment-là que son moment de tranquillité allait être fini. Son jeune frère se mit à pleurer toutes les larmes de son corps ce qui eut pour effet d’alerter Jafar. « Qu’est-ce que t’as encore fait Maëlya ? » « Pourquoi ce serait de ma faute ? Ethan veut pas aller jouer tout seul. J’ai autre chose à faire que de m’occuper de votre gosse. Si tu veux qu’il arrête de pleurer t’as qu’à t’en occuper. » Elle savait qu’elle n’aurait pas dû dire ça. La baffe qu’elle reçut lui fit partir la tête en arrière et elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Sauf qu’elle s’empêcha de pleurer. Elle devait être forte et ne pas lui montrer qu’il avait réussi à lui faire mal. Elle savait en plus qu’elle n’avait rien dit de mal, qu’elle n’avait simplement fait que dire la vérité. « Je ne te permets pas jeune fille ! J’élève mes enfants comme je l’entends. » Il s’approcha alors de Ethan et commença à le secouer pour qu’il arrête de pleurer. N’écoutant que son instinct de grande sœur, elle s’interposa en frappant le bras de son père. A dix ans, la petite n’avait pas trop peur de Jafar. Même si elle en voulait un peu à Ethan d’être le fils parfait, jamais elle n’approuvait les gestes de violences et les humiliations qu’ils leur faisaient subir. « Ne t’avise plus jamais de le toucher ! » Sous le choc, leur père s’arrêta puis regarda sa fille avec un sourire mauvais. « Pour ton propre bien, tu devrais arrêter de faire comme Edwin. » Elle se reprit une gifle et il les laissa seuls dans la chambre de la brune. Une fois seule, Maëlya laissa couler ses larmes sur ses joues. Ethan se rapprocha alors d’elle et mis ses petits bras autour du coup de sa grande sœur avant de l’embrasser sur le front. Comment pouvait-elle lui en vouloir alors qu’il ne cherchait que l’affection d’une grande sœur.

« Maëlya, on t’a cherché partout ! » La jeune fille leva les yeux vers le visage d’Ezra. Il semblait complètement paniqué et il se rapprocha d’elle à toute vitesse. « CRYSTAL JE L’AI TROUVE ! » Il fut à son hauteur assez rapidement et il vit qu’elle grelottait. Ce fut à cet instant précis que Maë se rendit compte qu’elle était gelée. Ezra enleva sa veste et la mit sur les épaules de la jeune femme. C’est à ce moment que Crystal arriva et se plaça à côté d’eux. Maëlya n’avait aucun apriori envers la famille de Crystal mais la haine que leurs parents se vouaient l’avait rendu méfiante mais elle fut contente que la jeune femme soit là près d’elle. « Regarde ses poignets Ezra. » En même temps, le jeune homme et la petite sœur de son meilleur ami baissèrent les yeux sur les poignets de cette dernière. Les morceaux de draps qu’elle s’était enroulée autour de ses plaies étaient tachés de sang et leur couleur était devenue plus foncée. « Mon dieu Maëlya mais qu’est-ce qui t’a pris de faire ça ? » Le regard dans le vide, le jeune fille regardait ses poignets sans les voir. Elle se souvenait de la sensation de la lame de rasoir sur sa chair, la douleur qu’elle avait éprouvé en s’ouvrant les veines mais également le bien-être qu’elle avait ressenti une fois que le sang avait commencé à s’écouler. Elle aurait pu mourir en paix dans la salle de bain sans que personne ne le sache. Mais Jafar était entré et l’avait vu. Au lieu de l’amener à l’hôpital, ses parents l’avaient enfermé dans sa chambre et elle s’était fait des pansements avec ce qu’elle avait pu trouver. Maë avait donc découpé son drap et s’était entouré les poignets avec pour essayer de stopper l’hémorragie. Puis, elle s’était enfuie de chez elle dans l’espoir de retrouver Edwin. Maintenant qu’il était parti de la maison, elle avait pris le rôle de la grande sœur et faisait tout pour éviter que Ethan ne prenne trop de coups ou soit trop humilié. Mais elle avait quand même besoin de son grand frère. Elle n’avait que douze ans et à douze ans, on était pas assez fort pour lutter contre les parents. « Ça va ? » La voix d’Ed la fit sortir de ses pensées et elle le regarda perdue comme s’il n’était qu’un fantôme. « Tu m'as fichu une d'ces peur, t'étais où ? » Maëlya n’arrivait pas à croire qu’Ed était réellement devant elle. Peut-être que la perte de sang la faisait halluciner. Oui c’était sûrement ça. « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? C'est toi ? Elle ? Lui ? » Des mots sortaient de la bouche de son grand frère sans qu’elle n’en comprenne le sens. Maëlya continuait de le fixer comme si elle pouvait voir à travers lui. « Parle moustique, parle-moi steuplait. » Le moustique la fit réagir et elle secoua la tête tandis qu’un sanglot s’échappait de ses lèvres. « T... T'étais pas là » Elle s’arrêta quelques secondes pour ravaler les larmes qui commençaient à s’échapper de ses yeux. « Tu étais à Aitutaku pour les tests. Je voulais juste oublier. Et j'ai fait ça. Mais ça a saigné de trop et pour me punir et surtout pour pas que ça se sache ils m'ont enfermé dans la chambre. » Maë recommença alors à pleurer tandis qu’Edwin s’énervait contre les parents. Il décida alors de la mener à l'hôpital et ses faibles protestations ne changèrent rien au fait qu’il avait pris sa décision. Une fois là-bas, elle fut prise en charge et on lui donna des médicaments pour la faire dormir. Demain serait un autre jour…

fiche by snow sparrow.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.


_________________
Disons que le futur reste à écrire...

Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c’est terrifiant... Si ce n’est qu’il y un bon coté à cette chute libre, c’est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper ! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Métier : Prostituée et étudiante en philosophie
Statut : Célibâtarde.
Messages : 282
Points : 378
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: Re: MAELYA ☇ Tu ne pourras plus faire marche arrière une fois que tu auras commencé.   Lun 30 Juin - 13:34


Welcome to my life

"Me poser moi ? Nan moi je ne suis pas ce genre de fille... Je dirais plutôt que je suis le genre de fille à se poser la où se posent mes fesses !"


on ne change pas le passé

Cher journal,
Crystal est morte ! Tu te rends compte ? Crystal est morte. Je n'arrive pas encore à y croire. Même si je ne l'aimais pas spécialement, je sais qu'Edwin en était amoureux. C'est affreux pour lui. Il a perdu la femme de sa vie. Elle a eu un accident de bateau. Alors était en vacances avec ses parents, le bateau a chavirer et s'est fracassé contre les rochers. Même ses parents y sont passés. Je suis trop choquée pour pleurer alors je me suis encore scarifiée. J'arrive mieux à laisser mes émotions paraitre quand je le fait. Je n'ai pas montré mes nouvelles marques à Edwin. Il deviendrait fou une nouvelle fois. Je ne veux pas qu'il s'emporte une nouvelle fois contre les parents. Je ne porte pas Jafar et Ursula dans mon coeur mais je ne peux pas supporter qu'il fasse ça parce qu'après c'est sur lui qu'ils s'acharnent. Je ne dois donc pas montrer à Edwin mes marques et encore moins lui dire que je ne suis plus vierge à 14 ans. J’ai fait ça avec mon meilleur ami. Il s’appelle Nolan. Il est très beau, très gentil et surtout plus vieux par rapport à moi. Il a 15 ans. Ed le tuerait pour avoir couché avec sa sœur… Bah je dois dire que la première fois c’est pas tip top. J’ai eu mal et j’ai un peu saigné mais rien de grave. Nolan m’a même dit que ce n’était pas trop mal pour une première fois. Alors je l’ai cru et j’ai décidé de recommencer plusieurs fois avec lui tout d’abord, puis avec d’autres hommes. Sauf qu’avec les autres hommes, j’ai demandé de l’argent et je me suis fait un paquet de tunes… Tu dois te dire que 14 ans, c’est jeune pour commencer à coucher et à faire la « pute » mais je ne trouve pas… Après chacun son avis… Je ne pense pas que j’arrêterai de faire ça. Ça me rapporte beaucoup d’argent et maintenant j’arrive même à prendre mon pied. Nolan est content de la relation que nous avons. Nous avons arrêter de nous voir en tant que sex friends, et sommes redevenus de simples meilleurs amis. Bizarre comme relation vous avez dit ? Et bien oui… Je ne sais pas avoir de relation normale avec les hommes. Le seul que j’aurais aimé avoir c’est Ezra mais pour lui je ne suis qu’une gamine alors je compense avec d’autres hommes. D’ailleurs, j’ai un rendez-vous dans quelques minutes, je dois filer...

« T’es vraiment obligé de partir Maë ? » Couchés dans le lit, ses bras entourant le corps de la jeune femme, Nolan avait un ton désespéré dans la voix. Il ne voulait pas que sa meilleure amie le quitte et parte loin de lui durant il ne savait combien d’années. Maëlya leva la tête vers lui et embrassa sa joue. Elle non plus, elle ne voulait pas partir, mais elle ne voulait pas non plus être loin de son frère. Ed était toute sa vie et elle ne supporterait pas de ne pas le voir tous les jours. Déjà qu’elle avait du mal à ne plus passer H24 avec lui. Et puis, l’avantage de partir loin des îles, était qu’elle allait être hors de portée de Jafar et Ursula. L’inconvénient était qu’elle allait laissé sa vie ici. « J’ai pas non plus envie de partir Nolan, mais je peux pas rester non plus. » Elle s’assit et montra à Nolan son dos. Il était barré d’un bleu qui parcourait tout son dos. Quelques jours avant, elle avait été poussé par sa mère et elle avait atterrit contre le montant de la porte. Elle s’était interposé entre Ethan et Ursula alors qu’elle avait levé la main sur lui. Ethan était arrivé les vêtements déchirés et les genoux écorchés. Il était tombé dans la cour de l’école et la vieille avait vu rouge quand elle avait vu ça. Maintenant, son dos lui faisait mal, mais elle avait la satisfaction d’avoir sauvé son petit frère d’une gifle. Maëlya frissonna quand Nolan passa ses doigts sur le bleu. « C’est ta mère qui t’as fait ça ? » « Ouais, elle m’a poussé alors qu’elle allait frappé Ethan... » Elle se retourna vers lui et lui sourit avant de la prendre dans ses bras. Même si elle essayait de se montrer forte, elle n'était encore qu'une gamine qui ne pouvait pas faire grand chose pour son frère. Le téléphone de Maë se mit alors à vibrer. Elle se contorsionna pour le récupérer et vit un message d'Edwin. Il lui demandait où elle était et de se dépêcher parce qu’ils partaient bientôt. « Il faut que j’y aille. Ed m’attend. » Maëlya se leva et commença à ramasser ses affaires. Elle détestait dire au revoir aux gens et Nolan était l’une des rares personnes qui aurait le privilège de les avoir. Une fois prête, Maë déposa un baiser sur sa joue. « On reste en contact hein ? » Maintenant, il y avait plein de moyen de garder contact qu’importe l’endroit où elle se trouverait. « Bien sûr Maë ! » Maëlya récupéra son sac à main et se retourna une dernière fois. « Essaie de veiller sur toi et de prendre soin de toi. » Après avoir eu l’assurance que Nolan veillerai sur lui, elle quitta la pièce avant de se mettre à pleurer devant lui. Une nouvelle vie l’attendait et il ne fallait pas qu’elle regrette d’avoir choisi de partir loin de cette ville.

Cher journal,
Ça y est, nous avons décidé de nous poser quelque part. Après Wellington en Nouvelle-Zélande, l’Angleterre et la France, j’avais décidé, en posant mon doigt sur le pays, que l’on s’installerait en Autriche. Et qui dit nouvelle vie, dit nouvelle couleur. Je me suis faite blonde pour changer radicalement avec la Maë des îles Cook. Ça a été un choc pour Ed mais je crois qu'il s'y ait fait. Et puis en Autriche, la plupart des filles sont blondes. Ça m'aide à m'intégrer. Le climat est cependant différent des îles Cook. Je suis toujours habillée chaudement et je crève de chaud. Je rêve de porter à nouveau un maillot de bain pour exposer mon corps. J’avais donc choisi la nouvelle destination et nous nous étions trouvé un petit coin sympa où l’on pourrait vivre à trois, Edwin, Ethan et moi. Nous avons trouvé un petit studio où nous sommes à l'étroit, mais nous arrivons à vivre grâce à Edwin. Il a trouvé un petit boulot qui rapporte pas mal d’argent… Il essaie de me faire croire que c’est un truc réglo mais je ne le crois pas. Je connais le dealer qui lui refourgue la drogue à écouler. Il s’agit d’Alec, qui est aussi mon mac. Non je n’ai pas arrêté la prostitution en arrivant en Autriche. Qu’est-ce que tu crois ? J’ai aussi besoin d’argent et je n’ai pas envie de demander à Edwin de m’en passer tous les 4 matins. Donc oui, comme une grande, j’ai été dans la rue et je me suis vendue au plus offrant. Alec m’a repéré je ne sais comment et il a fait de moi l’une de ses filles. L’avantage est que je suis jeune et donc, il amasse beaucoup d’argent sur mon dos. Tant que j’ai ma part, je ne me plains pas. J’essaie d’être discrète avec ça parce que si Ed l’apprend, je suis dans la merde et Alec encore plus… Je n’ai pas spécialement confiance en Alec, mais je fais avec. Ce n’est pas comme si je devais le voir tous les soirs… Ethan m'appelle, je dois aller le voir.

« Tiens, c’est pour toi. » Sur la table, un rail de cocaïne attendait d’être snifé. Maëlya le regarda avec envie. Elle avait commencé à se droguer il y avait quelques années maintenant. Elle ne pouvait pas s’en passer et Alec avait souvent ce qu’il voulait lorsqu’elle était en manque. Plus d’une fois, il avait couché avec elle parce qu’il en avait envie contre une dose de drogue. Elle ne faisait que snifer. Maë ne voulait pas se piquer parce que ses bras étaient déjà bien amochés avec toutes les scarifications. Après sa tentative ratée, elle avait continué à s’ouvrir régulièrement les veines. La brune éprouvait un bien être fou à le faire et elle avait l’impression d’être beaucoup mieux après. Ses avant-bras étaient donc parcourus de cicatrices faites par les lames de rasoir. Quand elle était avec Ed, elle faisait tout pour cacher toutes ses marques mais pour ses clients, elle ne pouvait pas. Quand elle se mettait nue devant eux, certains aimaient bien toucher les entailles alors que d’autres s’y refusait. « Et bien Maëlya, tu ne vas pas te faire prier si ? » La jeune femme sortit de ses pensées quand la voix d’Alec se fit entendre. « Non non, c’est bon ! » Elle se pencha alors vers la table et se boucha une narine avant de renifler la bande de cocaïne. Sur la surface de verre, il restait quelques particules. Maë s’empara de la carte de crédit posée à côté et redessina une ligne qu’elle snifa de suite après avec l’autre narine. Elle se frotta ensuite le nez en reniflant pour faire disparaitre la sensation. La brune se retourna alors vers son dealeur et mac. « T’en as encore ? » « T’as cru que je chiais de la drogue tous les matins toi ? J’ai donné la moitié de mon stock à ton frère pour l’écouler… C’était ce qui me restait puisque j’ai vendu le reste. » Maëlya soupira. Encore une fois, elle allait devoir piquer dans les affaires de son frère et laisser un billet pour ne pas qu’il se fasse gauler. Elle détestait voler son frère, même si techniquement ce n’était pas le voler, mais elle le devait sinon, elle était en manque et ce n’était pas beau à voir. « D’ailleurs, en parlant de ton frère, s’il veut pas avoir des ennuis, il a intérêt à se calmer… » Le ton d’Alec était maintenant menaçant. Il faisait référence à l’appel qu’il avait reçu quelques jours avant lorsqu’Ed avait découvert que sa petite sœur vendait son corps au plus offrant. Ce jour-là, Maëlya s’était sentie sale et perdue. Mais ça n’avait duré que le temps de quelques heures. Passé ce temps-là, elle avait repris ses activités comme si de rien n’était. « Tu ne voudrais pas qu’il arrive malheur à ton petit frère ? » « T’as promis que tu ne toucherais pas à Ethan ! Si tu le fais, Ed sera pas le seul à vouloir exprimer sa colère. » Maë n’était pas une fille qui avait peur de beaucoup de chose. Même si elle se méfiait d’Alec, elle savait très bien se défendre. Elle n’avait pas peur d’utiliser ses poings pour qu’on arrête de l’emmerder. Elle avait d’ailleurs même une fois envoyé un de ses clients à l’hôpital parce qu’il avait essayé de la prendre par derrière et qu'elle avait refusé. C’était bien la seule chose qu’elle ne faisait pas et il avait essayé de la violer. Elle lui avait foutu un coup de pied dans les couilles avant de s’acharner en lui montant sur le dos et en frappant sa tête au sol tout en lui tenant les cheveux. Résultat, la jeune femme lui avait pété la mâchoire, le nez et lui avait arraché le cuir chevelu. Alec savait donc à quoi s’en tenir. « Bon c’est pas tout, mais y en a qui travaille. Mais t’inquiète pas pour lui, je gère. » La jeune femme dit au revoir à son mac et parti rejoindre ses frères chez eux. Ce soir, elle ne travaillait pas puisqu’Ed avait niqué son coup. Pas dans le sens littéral, dans le sens figuré. Maintenant qu’il avait appris les agissements de sa sœur, il faisait tout pour qu’elle ne couche plus avec personne. Seulement, c’était mal la connaitre et même si des fois, il parvenait à ses fins, Maëlya était et sera toujours une pute… Quoique Ed fasse.

Cher journal,
Ça y est, les vieux ont rendu l’âme. Edwin, Ethan et moi sommes en route pour retourner dans notre ville natale. Les vieux sont morts et maintenant nous allons enfin pouvoir refaire notre vie aux îles Cook. Ils sont morts dans un accident d’avion il me semble. A vrai dire, je n’ai pas écouté quand Ed me l’a dit. J’ai juste eu peur que quelque chose soit arrivé à Ezra. Non je n’ai pas réussi à oublier Ezra. Il est toujours présent dans mon esprit et ce même si lui doit m’avoir oublié. Je suis presque certaine qu'il ne me reconnaitra pas. Mais je m’en moque… ou pas. D’après ce que j’ai compris, Edwin et moi devons nous occuper des funérailles parce que nous sommes majeurs… Les gens n’ont pas compris que nous ne portions pas Jafar et Ursula dans nos cœurs et que leurs funérailles allaient être catastrophiques… Et puis, jusqu’au bout ils nous auront fait chier ces connards… L’avantage, c’est que plus jamais nous en entendrons parler.

Tout semblait être une soirée comme les autres. Maëlya se trouvait dans sa ruelle habituelle à attendre qu’un client l’accoste. Depuis qu’elle était rentrée d’Autriche, quelques semaines plus tôt, elle avait repris son activité sans qu’Ed ne le sache. Elle avait pris son indépendance et vivait sa vie sans rien demander à personne. Elle n’avait pas encore revu Nolan malgré qu’elle lui avait annoncé son retour. Cependant, elle avait revenu Ezra et elle avait pu constater à quel point il était devenu beau en vieillissant. Elle s’était inscrite à un cours de philosophie pour faire croire à son frère qu'elle avait totalement arrêter de se prostituer. Mais c’était peine perdue. La brune adorait trop le plaisir de la chair et l’argent facile pour arrêter. Et puis, elle ne méritait pas mieux que ça, elle en était persuadée. Tandis qu’elle flânait dans ses pensées, Maë fut abordée par un type dans une voiture de luxe. Elle ne s’y connaissait pas trop bien mais aurait juré que c’était une Lamborghini. Le type baissa simplement sa fenêtre et l’invita à entrer dans sa voiture. La jeune femme ne se fit pas prier, sûre de gagner beaucoup d’argent rien que ce soir. Elle ne s’attendait sûrement pas à ce qu’une fois entrée dans l’habitacle, l’inconnu l’enferme dans la voiture et l’emmène plus loin. « Qu’est-ce que vous faites ? Laissez-moi sortir immédiatement ! » Elle se démena comme une folle alors qu’elle essayait d’ouvrir la portière. Seulement, elle s’excita en vain. Elle ne pouvait pas sortir de la voiture… Elle était piégée. Une fois assez loin de la ville, l’inconnu arrêta la voiture et retira capuche et lunettes de soleil. Elle reconnut alors le type. « Alec qu’est-ce que tu fais ici ? » Un frisson d’effroi lui parcourut l’échine. Alec avait toujours eu le don de lui faire peur et là, il semblait encore plus menaçant qu’avant. « T’as cru que tu pouvais quitter l’Autriche comme ça sans rien me dire et me laisser en plan dans mon business ? Tu t’es crue plus maligne que moi Gallagher et ça c’est pas bon… » Maë voulu ouvrir la bouche pour protester mais elle fut coupée dans son élan par la main d’Alec qui vint se placer sur ses lèvres. « Ecoute moi bien sale pute, t’as intérêt à revenir très vite avec moi parce que il pourrait arriver des ennuis aux gens qui t’entourent… J’ai remarqué que ce type t’intéressait bien… Ce serait dommage qu’il soit tué dans un fâcheux accident. » Les yeux de Maëlya se glacèrent d’effroi. Par sa faute, Ezra allait popuvait être blessé. Elle ne pouvait pas se le permettre. « Sinon, je me suis renseignée sur toi, il y a aussi ce Nolan qui pourrait avoir un accident ou même Edwin voir Ethan… Réfléchis bien Maëlya parce que je ne te fera pas de cadeau. Maintenant descend ! » Trop effrayée, la jeune femme ne dit rien et descendit sagement de la voiture avant de la regarder s’éloigner au loin. Elle était perdu au milieu de nulle part, elle ne savait où et ses nerfs craquèrent. Des torrents de larme se mirent à couler le long de ses joues. Il fallait qu’elle reparte sinon, ses proches allaient en pâtir… Dans quelle merde s’était-elle fourrée ? Il était hors de question d’en parler à Ed. Il serait capable du pire. La jeune femme entreprit de revenir sur ses pas dans la chaleur écrasante en espérant qu’une voiture passerait par là et l’aiderait…


fiche by snow sparrow.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.


_________________
Disons que le futur reste à écrire...

Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c’est terrifiant... Si ce n’est qu’il y un bon coté à cette chute libre, c’est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper ! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: MAELYA ☇ Tu ne pourras plus faire marche arrière une fois que tu auras commencé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

MAELYA ☇ Tu ne pourras plus faire marche arrière une fois que tu auras commencé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [AIDE] comment faire marche arrière sur une rom antérieur
» Marche arrière
» Problême Opti-drive / Optidrive / Opti / Marche arrière
» Marche arrière sur les brushless
» Le Savage X 4.6 avec marche arrière de Erictm150

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PERSONNAGE :: L'histoire de la vie :: Welcome to my life-